Publié par Laisser un commentaire

7 préjugés sur le crowdfunding à éradiquer de son esprit !

À chaque fois qu’un projet à grand impact se crée, il doit d’abord faire face au scepticisme. Le crowdfunding, ou autrement appelé financement participatif fait partie de ces choses qui sont victimes de préjugés. Là où les Anglo-saxons tentent l’aventure volontiers en se posant les bonnes questions ; les français préfèrent rester dans leur zone de confort. Quand bien même cette stratégie ne les avance à rien. Voici donc les 7 principaux préjugés du crowdfunding qu’il faudrait mettre aux oubliettes.

1 – C’est de la mendicité 2.0 !

Faux, le crowdfunding est un moyen de financement au même titre que le prêt bancaire, à la différence qu’au lieu d’emprunter de l’argent avec intérêts chez un banquier qu’il va falloir convaincre, le crowdfunding permet de présenter son projet à l’ensemble des internautes qui vont participer au financement selon leur affinité avec le projet.

2 – Le crowdfunding, ça ne marche pas !

Faux. Ce moyen de lever des fonds pour les projets d’entreprises ou associatifs a permis de lever en 2015, 297 millions d’euros en France. Et 17 milliards de dollars, en 2014, au niveau mondial. Des montants qui font tourner la tête n’est-ce pas ?

3 – Les gens ne donnent pas !

Faux, non seulement les gens donnent, mais en plus, de nombreuses entreprises qui ont compris l’avantage de ce système, et en ont fait un automatisme car ça fonctionne. Le tout est de présenter son entreprise de la meilleure façon.

4 – Je vais me faire piquer mon idée !

Faux, le crowdfunding est non seulement un moyen de lever des fonds, mais aussi un moyen de tester l’appréciation du public à l’égard du projet. Car il se peut qu’en réalité l’idée soit sans intérêt pour les internautes. Il s’agit donc d’adopter une mentalité anglo-saxonne, et de sortir de sa zone de confort, pour confronter son entreprise à l’opinion publique et la réalité du marché avant de se lancer réellement.

5 – Le crowdfunding est une mode qui va passer !

Faux, le crowdfunding est une tendance montante, et est le moyen de financement du futur, car il permet une économie solidaire, équitable et durable. Aux Etats-Unis, ce système est déjà bien implanté depuis plus de 10 ans, et a commencé son apparition en France il y a quelques années.

6 – L’argent est détourné !

Faux, les projets proposés au financement participatif sont souvent analysés avant d’être présentés au public afin de vérifier la viabilité du projet, et aussi la réelle motivation du porteur de projet. Sans compter que chaque plateforme de crowdfunding a son créneau et donc ses critères d’acceptation des projets. Par exemple, KissKissBankBank se concentre sur les projets créatifs. .Alors que la plateforme LaunchGood se concentre sur les projets profitables à tous portés par personnes de confessions musulmanes.

7 – De toute façon, même si je donne de l’argent, le projet ne fonctionnera pas !

Faux, le rôle du donateur est d’épauler le porteur pour lui permettre de réussir son projet. Il faut donc participer avec les bonnes intentions, et être optimiste quant au résultat de la campagne de crowdfunding.

Appliquons le précieux conseil des Anglo-saxons : “Give it a try !” (tentez le coup). Car le crowdfunding ouvre le champ des possibles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *